Amérique du Sud

Argentine : les journaux proposent leurs masters en journalisme

Promotion 2014-2015 du master de Clarín. Capture d’écran du site de Clarín.

Le premier master intégré à un média argentin a vu le jour en 2000 à La Nación, puis chez Clarín l’année suivante. En association avec deux universités privées, Torcuato Di Tell et San Andrés, les deux principaux quotidiens nationaux forment 25 étudiants chaque année. L’occasion d’en apprendre un peu plus sur ce modèle d’enseignement encore inconnu en France. 

Un pied dans l’université et un pied dans une rédaction : c’est ce qu’offrent les deux masters des quotidiens Clarín et La Nación en Argentine. Certaines universités et écoles françaises proposent des masters professionnels très portés sur la pratique, mais ces masters argentins sont complètement intégrés aux médias. Ce modèle n’est pas tout à fait nouveau puisque le quotidien espagnol El País le propose depuis 1989.

Le master de La Nación fait intervenir des journalistes qui proviennent essentiellement du quotidien, et bien souvent les élèves sont amenés à évoluer dans les locaux de la rédaction. Le codirecteur du master, Carlos M. Reymundo Roberts, n’est autre que le sous-secrétaire général à la rédaction du journal. Clarín appartenant au groupe du même nom, ses élèves touchent aussi au monde de la radio et de la télévision, chez Radio Mitre ou Canal Trece par exemple.

Les deux masters suivent un concept bien clair « apprendre le journalisme en faisant du journalisme ». Ainsi, en un an les élèves étudient au sein du campus des universités et vont également sur le terrain avec les journalistes du quotidien pour couvrir l’actualité. Pour Javier Fuego Simondet, major de la promotion 2014, le master de La Nación lui a permis de mieux appréhender la réalité du métier grâce aux expériences de professionnels. Il a apprécié les conseils des journalistes lorsqu’il a, par exemple, voulu sortir « depuis la salle de rédaction du Master « sans bottes ni parapluie » pour couvrir une inondation dans Luján. »

Une insertion professionnelle plus facile 

Les étudiants du master de Clarín doivent réaliser un stage en fin d’année de 1 à 4 mois dans un des médias du groupe. Les étudiants ont le choix entre la presse écrite, la radio ou la télévision. Seuls les étudiants qui ne peuvent pas se déplacer jusqu’à la rédaction peuvent réaliser un travail de recherche en lieu et place d’une expérience professionnelle.

Les formations ne débouchent pas forcément sur un travail au sein du média d’accueil. Selon les statistiques du master de La Nación, quelques élèves travaillent en agence de presse, d’autres en radio ou pour une chaine de télévision. Mais Carlos M. Reymundo Roberts ne cache pas l’objectif de ces formations lorsqu’il accueille les élèves, comme il l’a fait à la rentrée 2011, d’un « bienvenidos colegas ».

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *