Amérique du Nord

Snapchat : un média d’information ?

khaledMisant sur la nature éphémère des contenus, l’application Snapchat, et ses 100 millions d’utilisateurs, se penche vers l’information. En innovant dans de nouvelles fonctionnalités, elle s’attache aujourd’hui à restituer de l’info exclusive, originale et personnalisée dans ses principes. Avec le mode Discover les jeunes utilisateurs peuvent redécouvrir certains médias avec des contenus inédits.

Les utilisateurs de Snapchat sont aussi des éditeurs et des médias. Dans le mode Story, ils peuvent compiler de manière chronologique les instants d’une journée, et les rendre accessibles durant 24 h. Ils peuvent alors couvrir de grands évènements, par exemple, la visite du pape à New York pour The Times. Ce qui fait le succès de l’application, c’est l’authenticité et la spontanéité des contenus, qui donnent l’impression d’être présent.

En juin 2014 avec les « live stories », Snapchat se lance dans la curation et l’agrégation de snaps d’évènements importants. Mais pour garantir des contenus de qualité, l’application a recruté des journalistes comme Peter Hamby, un ancien de CNN. Le résultat est inédit : ces micro-reportages donnent différents points de vue sur l’évènement avec de nombreuses caméras. Ce qui nécessiterait, en télévision, une organisation importante. La plus populaire à ce jour serait « snowpocalypse » : trois minutes de vidéo ont enregistré près de 25 millions de vues en 24 heures… Une performance.

En janvier 2015, Snapchat ne cache plus sa volonté d’aller sur le terrain de l’info. Dans Discover on retrouve 15 médias (CNN, Cosmopolitain, Buzzfeed, Daily Mail…) qui publient chaque jour entre 10 et 20 contenus, articles et/ou vidéos. Une façon attractive de découvrir des contenus, dont l’animation est repensée par les journalistes pour donner envie de lire. Seul le Daily Mail a su se faire une place parmi les médias américains, la France n’est pas dans le lot. On pourrait même se demander quel média français se serait adapté à ce type de narration.

Pour 700 millions de photos et de vidéos envoyées chaque jour, le succès de l’application n’est plus à prouver. Elle s’adresse à un public majoritairement jeune (71 % ont moins de 25 ans) et ne souhaite pas conquérir toutes les générations. En prenant soin d’une cible moins importante en volume, mais fidèle au principe, Snapchat arrive à attirer six à sept minutes par jour en moyenne les utilisateurs sur les chaînes Discover. Les jeunes atteints du syndrome de FOMO (fear of missing out) assurent leur fidélité au concept.

Discover délivre chaque jour 160 sujets éphémères vus par 60 millions de personnes chaque mois (soit la population de la France). L’application atteint des chiffres records en tant que social TV, parfois même supérieurs à ceux des canaux hertziens. Les exigences sont donc à la hauteur de la fréquentation des chaînes : les journalistes qui y travaillent doivent se mettre au graphisme, à l’animation… et à la vidéo verticale ! Pour la pub, ce format générerait neuf fois plus de vues que les pubs horizontales. De quoi redonner un peu de fraîcheur aux médias du câble, qui trouvent dans l’application une nouvelle façon de parler des évènements.