Amérique du Nord

Propublica : premier site d’info sur TOR

Image Chloé Laloi.

 

Le pure player américain Propublica a lancé le 6 janvier dernier une version de son site sur le dark web. L’objectif ? Garantir un accès libre et anonyme à l’information même dans les pays où s’exerce la censure, comme la Chine.

Propublica est le premier site internet d’information d’envergure à faire de la protection de la vie privée de ses lecteurs une de ses priorités. Avec pour devise « le journalisme d’intérêt public », le pure player se devait de développer une plateforme accessible à tous, partout dans le monde. Le site sera disponible à l’adresse propub3r6espa33w.onion, accessible via le réseau TOR. Cette initiative a été développée afin de répondre à la censure et aux menaces que subissent certains internautes dans le monde. Propublica permet de cette manière aux journalistes d’avoir accès à l’information de manière totalement sécurisée et anonyme.

« On a lancé cette version parce qu’on fait beaucoup de reportages, d’écritures et de code sur des problèmes comme la censure des médias, la surveillance des données privées sur le web, ou sur les fuites d’informations médicales privées. » — Mike Tigas, développeur chez Propublica.

Le classement mondial de la liberté de la presse 2015 montre effectivement une détérioration sur l’ensemble des cinq continents. On l’a vu avec l’expulsion de la correspondante de l’Obs, Ursulla Gauthier, en Chine ou avec les blogueurs de Raqqa en Syrie. Il est donc important de garantir un accès anonyme à l’information, notamment dans les pays où la liberté d’expression est bafouée. D’où l’importance d’offrir une alternative aux lecteurs défavorables à la traçabilité de leurs données sur internet. Propublica ne veut pas « que quiconque puisse savoir que vous êtes venu ou ce que vous avez lu. » Les internautes sont en droit d’exiger l’anonymat et le respect de leur vie privée. Mike Tigas estime que « chacun devrait pouvoir décider quel type de métadonnées il laisse derrière lui. »

Dans un contexte d’état d’urgence, où les pratiques de surveillance tendent à être légitimées, il devient important de proposer aux internautes un système alternatif de consultation de l’information, autant pour les lecteurs que pour les professionnels des médias. David Kye, rapporteur spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression des Nations unies, appelle dans son rapport du 22 mai 2015 à promouvoir et défendre les outils de chiffrement et d’anonymisation en ligne. Le rapport rappelle qu’il n’y a pas que les criminels sur le dark web. Les journalistes, les avocats ou encore les défenseurs des droits de l’homme utilisent aussi ces dispositifs pour se protéger, chiffrer leurs conversations, garantir l’anonymat de leurs contacts ainsi que celle de leurs sources.

Créé en 2008, Propublica est un organisme sans but lucratif basé à New York et spécialisé dans le journalisme d’investigation. En 2011, il est devenu le premier pure player a obtenir le prix Pulitzer pour un reportage sur Wall Street et ses pratiques douteuses qui ont favorisé la crise économique aux États-Unis.

1 Comment

  1. Pingback: Propublica : premier site d’info sur TOR ...

Comments are closed.