Amérique du Nord

Le casque de réalité virtuelle : nouvel outil journalistique ?

 

 

Oculus Rift, Playstation VR, HTC Vive, Google Cardboard ou encore Samsung Gear VR. Tels sont les noms des têtes d’affiche du CES 2016. Ces appareils, parfois liés à des smartphones (Google, Samsung) ou parfois autonomes (Oculus Rift), permettent à l’utilisateur de se plonger dans un univers virtuel. Il peut alors à souhait se retrouver au sommet de l’Himalaya, dans la file d’attente d’un magasin, au beau milieu d’une guerre en Syrie, dans l’océan avec les dauphins, tout en restant dans son salon. Le tout grâce à une caméra 360° munie de capteurs visuels et auditifs filmant dans toutes les directions.

De nombreuses nouvelles possibilités s’offrent alors aux utilisateurs et parmi elles, celle de s’informer. Le travail du journaliste est de raconter un événement, devenir les yeux du lecteur pour que celui-ci soit à même de comprendre les enjeux et de savoir exactement ce qu’il se passe. Avec les casques de réalité virtuelle, le lecteur est ainsi amené directement sur place, pour constater de la réelle situation. Quelques expérimentations ont déjà été mises en œuvre, comme la vidéo en 360° de l’Associated Press au cœur du camp de migrant de Calais. Les images sont parlantes et accompagnées de différents paragraphes expliquant l’état du camp, l’organisation des groupes, la situation des gens… En bref, c’est le travail journalistique qui vient directement au regard de l’utilisateur au fur et à mesure qu’il avance dans son immersion.

Derrière le gadget, un réel moyen d’informer

Les médias américains investissent déjà dans cette nouvelle manière d’informer. Le New York Times a en effet lancé une application uniquement dédiée aux reportages de réalité virtuelle, tout comme la chaîne ABC. Celle-ci propose déjà à ses utilisateurs quelques expériences. Parmi celles-ci, nous pouvons fêter le 70e anniversaire du Parti communiste nord-coréen avec les militaires. Ou encore, explorer Damas pour observer les archéologues se démener afin de sauver les antiquités menacées par la guerre.

Des nouvelles technologies se posent les questions sur l’avenir du journalisme. Si la réalité virtuelle permet à des personnes d’être à un endroit où elle ne pourrait pas être en temps normal, elle reste tout de même dirigée. Les caméras biaisent certainement l’information à mesure où les personnes filmées n’agiraient pas de la même façon sans caméras. De plus, les scènes proposées ne sont pas du direct, et le reportage reste un montage.

Qu’en est-il alors de l’éthique journalistique ? Est-ce que les casques de réalité virtuelle sont là pour informer ou pour attirer l’œil, en recherchant du spectaculaire à tout prix ? Sont-ce les produits d’investisseurs mal intentionnés cherchant à manipuler les pensées des gens en trafiquant des images ? Ces questions doivent d’abord voir une meilleure accessibilité des casques à réalité virtuelle pour trouver des réponses. Avant de savoir s’ils changeront la consommation de l’information générale, ils sont déjà bien utiles, en témoigne le Google Cardboard qui a aidé à sauver une vie.

1 Comment

  1. Pingback: Le casque de réalité virtuelle : ...

Comments are closed.